La Musique

25 03 2010

Travail réalisé dans le cadre du cour de David Prud’Homme

« La musique est l’expression du monde intérieur de l’homme issue du monde extérieur »

La musique, est l’art d’alterner des sons et des moments de silences avec un certain rythme. C’est une création, une représentation et un moyen de communication.

La musique existe dans toutes les sociétés, de la préhistoire à nos jours. Elle permet l’expression humaine individuelle, c’est une source de rassemblement collectif et de plaisir et peut aussi être le symbole d’une communauté ou d’une nation (hymne national).

Cet art a constement évolué depuis son origine, en s’appuyant sur les nouveaux supports et outils technologiques. Le dernier en date, Internet et le web, qui a révolutionné l’industrie musicale en bouleversant les règles établies.

Le marché musical est un vrai parcours du combattant qui fait intervenir de multiples acteurs, On peut donc se demander par quel processus la création musicale arrive à nos oreilles et quel est l’impact réel du développement de la numérisation sur ce marché?

Après avoir détaillé le poids de la musique dans le monde, J’expliquerai sa chaîne de valeur puis je montrerai les différents acteurs, traditionnels et nouveaux, de ce marché.

I/ Le chiffre d’affaire de la musique.

  • Le marché de la musique est très segmenté. Son chiffre d’affaire est donc divisé principalement entre deux segments : Le marché physique (CD’s) et le marché numérique (téléchargements) qui s’est développé depuis l’invention du « World Wide Web » par Tim Berner Lee.
  • Ces deux catégories recoupent ensuite d’autres sous segments. Ainsi, le marché physique est réalisé par les ventes de Single, d’Albums ou de DVD. Le marché numérique quant à lui se compose principalement des téléchargements internet et des téléchargements mobiles (en plein essor avec le développement de la 3G).

Voici tout d’abord un schéma qui Montre la place des différents pays dans l’industrie musicale.

Notons que ces données proviennent d’une étude réalisée en 2003. On remarque la part importante des Etats-Unis dans le marché, mais aussi du Japon. La France demeure un acteur non négligeable avec le Royaume Unis et l’Allemagne.

Le marché, en France est donc divisé en deux segments : Le physique et le Numérique

On constate donc un paradoxe. Le prix des ventes physique chute, tandis que le marché numérique grandit chaque année.

Le marché subit donc une mutation, passant d’un support physique à un support numérique, ce qui va se répercuter dans la chaîne de valeur.

Sources : SNEP

2/ La chaîne de valeur et son évolution

  • La chaine de valeur, établis en 1986 par Michael Porter, consiste à disséquer rationnellement l’activité d’une entreprise, ou d’un secteur donné, ici la musique, en « séquences d’opérations homogènes articulées ».
  • La chaine de valeur traditionnel de la musique va de l’artiste au consommateur.

  • Les Producteurs avancent de l’argent aux artistes pour leur permettre de se développer. Ceci passe par la location de studios d’enregistrement, des frais liés promotions, à d’organisation de concerts… etc.
  • Les éléments de la chaine de valeur qui vont de l’édition au marketing sont concentrés entre les mains de Majors géant (maisons de disques), les marques des disques. Toutefois Chaque phase est externalisée. Les Majors demeurent alors un simple organe de financement qui appose sa signature pour la postérité.
  • Ainsi, l’enregistrement (Edition et production) est réalisé dans des studios qui appartiennent au Major ou qui sont loués pour l’occasion. La Fabrication du disque est elle aussi externalisée dans des usines.
  • Le Marketing représente toutes les activités liées à la promotion (télévision, évènements…etc)
  • La distribution comprend le packaging et le transport entre l’usine de fabrication et le distributeur ou détaillant
  • Enfin le détail est constitué des principales grandes surfaces (Fnac) mais aussi des « cybermarchand » (Amazon).

–> Cette chaîne de valeur représente donc la partie physique de la musique. Toutefois, comme je l’ai énoncé précédemment, Internet a modifié la donne. La numérisation a bouleversé cette chaîne de valeur qui a fait apparaître de nouveaux éléments.

Voici donc la nouvelle chaîne de valeur de la musique (dite numérique)

  • Même si les maisons de disques contrôlent le marché, il y a peu de barrières pour accéder à ce dernier. Ainsi, le consommateur est attaché à l’artiste (le fournisseur) et son CD (le produit) et peu importe qui le produit (sa marque).
  • De plus, l’arrivé de l’internet à complètement révolutionné ce marché. De nouveaux entrants comme par exemple les groupes multimédias et les entreprises virtuelles sont attirés par ce marché porteur, à faible couts.
  • Les rapports de force s’inversent. Le client, ainsi que l’artiste ne dépendent plus des Majors. Les prix baissent et on assiste à une certaine vulgarisation de la musique ce qui donne lieu à une toute nouvelle chaine de valeur.
  • Comme nous l’avons énoncé précédemment, la musique en ligne (légale et P2P) a changé la chaîne de valeur de l’industrie musicale. Elle offre de nouvelles opportunités inédites et détruit certains acteurs traditionnels.

3/ Les Acteurs et les Nouveaux Acteurs

A chaque étape de la chaîne de valeur, des acteurs interviennent

  • Les Artistes : La création musicale n’est pas homogène. Elle se distingue en plusieurs catégories ou genres musicaux tels que La Pop, Le Rock, Le Rap ou encore la House. Ces mêmes artistes sont regroupés au sein de label spécialisé dans chaque style de musique.
  • L’édition : La réalité de l’édition musicale est, pour une large part, méconnue du grand public. Le rôle de l’éditeur est primordial dans l’accompagnement d’une carrière d’auteur ou de compositeur ainsi que dans son orientation, son soutien moral et financier. Il est le lien indispensable entre la distribution, la diffusion et l’artiste. C’est à l’éditeur musical qu’il revient d’assurer la protection de ses droits, le contrôle nécessaire des utilisations futures et la valorisation du patrimoine musical. La dématérialisation accroît le risque d’appropriation de l’oeuvre. Ils s’attachent à mettre en place les moyens indispensables de contrôle suivant l’évolution des technologies.

Editeurs les plus consultés : Warner Bross.

Edition Musicale Française.

Kendor Music Inc.

  • Production : Le terme producteur de musique désigne en français la personne physique ou morale qui prend à sa charge le financement d’un ou plusieurs enregistrements dont il devient de ce fait propriétaire. Depuis la deuxième moitié du xxe siècle, les producteurs sont de plus en plus des entrepreneurs. Il existe aujourd’hui des modes alternatifs de production musicale. Avec l’apparition des labels musicaux communautaires où chacun peut devenir producteur, on appelle ce nouveau genre de producteurs les « internautes-producteurs ».

Exemple de producteurs : Sony, BMG, Neptune, Bruno Coquatrix.

répartition des producteurs majeurs

  • Marketing : En octobre dernier, « In Rainbows » de Radiohead était diffusé exclusivement via le Net, « Planet Earth » de Prince, distribué gratuitement avec le tabloïd britannique « Mail on Sunday » . Toutes ces stratégies marketing ont bien marché car nous nous retrouvons dans un monde ou la qualité intrinsèque de l’artiste ne fait plus vendre. On constate l’avènement du marketing sur Internet. De plus en plus souvent, les pub pour un artiste ou un album envahissent internet et ont déserté nos rues. Désormais, plus que de travailler sur le packaging d’un album, Le marketing musical mise tout sur le mode de distribution des artistes. C’est pour cette raison qu’on peut rallier au processus marketing des sites internet comme « deezer » ou « I-tunes », même si ils sont plus proches du rôle de distributeurs désormais.
  • Distribution : Un distributeur est un intermédiaire entre les producteurs et le public. Il négocie les droits de distribution à l’intérieur et à l’extérieur du territoire français ainsi que la durée d’exploitation.
  • Le détaillant : Principalement des grandes et moyennes surfaces, c’est la que le consommateurs se procure l’album. Internet a la encore modifié les modes de consommation, puisque de nombreux détaillant sur internet se démocratisent tels que Itune ou Virgin.com.

–> une société peut regrouper plusieurs phases de la chaine de valeur. Par exemple, Fnac, Virgin, en plus d’être des distributeurs, sont aussi des producteurs. Il n’est pas rare, et c’est de plus en plus fréquent afin de diminuer les couts, qu’un Poids lourds de l’industrie soit à la fois Producteur, Distributeur, En charge du Marketing, Manager, Tourneur, etc…

Chacun de ces acteurs récupère donc des bénéfices sur les ventes des CD ou en numérique. On peut alors évalué le prix d’un CD comme ceci :

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :